Navigation


La faisabilité d'une nouvelle technologie
de machine de dialyse

La dialyse est le traitement de l’insuffisance rénale chronique. C’est un traitement lourd et handicapant pour des milliers de personnes en France. Une séance de dialyse est comparable à un marathon en termes de fatigue. La plupart du temps, elle a lieu dans un hôpital ou un centre médical spécialisé, trois fois par semaine, pendant 4 heures. Idéalement il faudrait dialyser le patient chaque jour pour mieux équilibrer la composition du sang, et se rapprocher du fonctionnement en continu des reins.

Le professeur Jules Traeger, qui a été un des médecins néphrologues pionniers de la dialyse, a imaginé une technique de dialyse quotidienne. Un brevet est déposé en France en 1998. Des business angels se sont intéressés au projet et contacté l’entreprise AAS (Atelier Aéronautique de Saumur), filiale d’un acteur industriel de la dialyse, pour valider la faisabilité de l'invention.

En 2002, AAS se recentrant sur l’aéronautique, le projet doit être arrêté. Le responsable du bureau d’études, ex premier stagiaire de la jeune Creative Eurecom, rencontre fortuitement son ancien employeur. Celui-ci l’embauche et permet la finalisation de la prestation initialement confiée à AAS. Une première machine est développée et testée sur des moutons à l’école vétérinaire de Lyon. Devant les résultats prometteurs, Creative Eurecom fabrique une deuxième machine et participe en 2005 aux essais cliniques sur des personnes, à l’hôpital Edouard Herriot de Lyon. Les résultats sont également très satisfaisants.

En résumé

Plus technique